ON VAUT MIEUX QUE CA

31 mars 2016

« Fermer les yeux sur la précarité, la maladie, la déchéance, l'exclusion, c'est pratiquer une politique de l'autruche qui se retournera immanquablement contre ceux qui l'auront cautionnée. »
Noël Mamere

Depuis un certain temps l’idée d'écrire un article sur la précarité étudiante me trottait dans la tête. Avec tout ce qui se passe en ce moment,  avec la loi Travail qui risque de fragiliser les travailleurs précaires et encore plus les futurs travailleurs. C'est désolant . Personnellement , je n'ai aucune lueur d'espoir : je suis déjà lassée du système alors que je n'ai même pas obtenu mon diplôme .
Se retrouver dans une situation de précarité quand on est encore étudiants , ça  démoralise. 

Avoir à compter chaque mètre carré dans ce que l'on peut appeler appartement ou avoir son compte en banque vide 24/24h est insupportable ,même si vous vivez encore sous le toit familial. Nous avons l'impression d'être enfermés dans une spirale interminable de précarité . Nous subissons le struggle financier chaque jour. Ce n'est pas une vie de limiter les rendez-vous médicaux nécessaires car nous manquons de moyens. Nous nous retrouvons en galère même quand nous économisons. Il y aura toujours des petites choses à payer . Vous ne vous rendez pas compte à quel point cela joue sur le mental de toujours se demander comment on va faire pour cela alors qu'on a  déjà ceci à payer ? Et puis un jour les réponses ne viennent plus.  

De plus si vous êtes précaires et que malheureusement vos proches se trouvent être dans la même situation , comment est-ce possible de joindre les deux bouts? Nous avons lu des critiques envers les étudiants qui vivaient chez leurs parents ,et  qui étaient, pour certaines d'entre elles, vides de sens. En voici une qui a marqué mon esprit  : « Vous vous plaignez alors que vous vivez chez papa-maman , soyez contents ,vous ne payez rien ». Nous avons envie de dire que ce n'est pas parce que nous vivons chez nos parents que nous sommes à l'abri. Certains parents ne financent rien , ce qui nous entraîne ,nous étudiants, à devoir vivre d'un emploi étudiant mal rémunéré afin de nous assumer . Mais encore ,d'autres se doivent d'aider leurs parents qui n'ont pas les moyens nécessaires afin de couvrir leurs besoins. Ce qui prouve que même en travaillant vous n’êtes même pas sûr de vous en sortir chaque mois. Tous les étudiants ne sont pas des glandeurs qui attendent l'heure, au contraire pour certains la précarité a atteint des profondeurs inimaginables. C'est quand même exaspérant d'entendre dire que notre statut d’étudiant nous protège, alors que nenni.

Si vous n’êtes pas boursière, alors laissez tomber. Vous n'avez aucune rentrée d'argent sur laquelle vous pouvez tenir. Vous vous devez de subsister le mois entier avec les petites sommes données par vos proches. La précarité c'est de manger des choses infâmes ( boîtes de conserves en carton). Oui c'est bien connu quand vous êtes pauvre, vous mangez selon vos besoins. Et cela vous entraîne à juguler les besoins. Pour vous dire, le financement des livres universitaires coûte une fortune et si vous n'arrivez pas à prendre le livre en BU, vous devez payer 30-40 euros chaque  bouquin  qui vous reviendra à 10 euros chez Gibert Jeune dès que vous l'aurez vendu. 

''Je galère vraiment depuis que je vis seule, déjà la vie est super chère à Paris notamment dans le quartier où je vis. Je vis avec la bourse environ 450 euros par mois, je paye un loyer de 200 euros, carte imaginR 30 euros, téléphone 30 euros . Quand je suis en galère … Soit mon père paie mon loyer ou ma sœur me prête des thunes. Et ma sœur elle même est précaire donc..
Pour les sorties, les stages à l'étranger (obligatoire à l'étranger) je travaille l'été . Ça me permet de mettre de côté et payer mon logement l'été car pas de bourse en juillet et août . J'ai un budget très serré mais si je travaille en même temps que mes cours je sais que je n'y arriverais pas.J'ai quelques missions d'intérim aussi mais la plus le temps. Donc tous les mois depuis septembre 2013 je suis à découvert. Ce qui est dur aussi c'est que je suis une transfuge cad que je suis souvent dans des milieux avec des gens qui ont de l'argent. C'est compliqué d'expliquer pourquoi on refuse une sortie parce qu'on n'a pas de thune . C'est gênant de se faire payer des verres parce qu'on est fauché .De voir ses potes sortir, boire des verres, se faire des restos alors que toi parce que t'es pauvre tu dois te contenter de lentilles dégueulasses en conserve. Ça crée énormément de stress aussi des fois je me demande même comment je vais faire pour manger... Mes potes voient la précarité chez les sdf, pas chez une fille éduquée, qui va à la fac, habillée à la mode, c'est pas un truc qui se voit en fait. '' Anonyme. 

En effet , la précarité étudiante pousse à la solidarité étudiante , une sorte de frustration est ressentie chez les autres. Avoir l'impression d’être la seule fauchée du groupe tout en sachant que tout le monde autour de vous est dans le même cas ou se sentir redevable dès qu'on  nous paie quelque chose est une des sensations les plus gênantes. Néanmoins la seule chose à faire dans ces moments-là est de prendre sur soi et se dire que c'est normal et que ça s'arrangera dès qu'on aura un emploi. Puis, deux minutes plus tard vous vous rappelez de la conjoncture économique et tout d'un coup le malaise revient, quel hasard !

Nous nous posons souvent la question : est-ce que la précarité des jeunes intéresse les politiques ? Vu comment ils se comportent avec nous la question se doit d’être posée.
Nous constatons clairement un manque d’intérêt envers les revendications des jeunes. Cela se voit à l'aide des manifestations contre la loi travail par exemple ,il y a  un vrai mépris envers les lycéens et étudiants manifestants. Et le même discours est et sera toujours sorti  : « vous faites tout pour sécher les cours et par-dessus tout ;vous perdez votre temps. » Il s'agit cependant d'une perte de temps utile , car cette loi les concerne directement vu que ce seront eux qui seront à vos places demain. C'est sûr que c'est toujours mieux d’être assis sur des privilèges en attendant que l'heure tourne , n'est-ce pas ?

Enfin , François Hollande qui se disait être ''le candidat de la jeunesse'' s'est révélé être une déception , comme son gouvernement . Sommes nous juste des enfants qu'on peut attirer lors des élections en nous promettant mille et une choses ? Nos voix ne comptent que pour les élections, sinon nous ne sommes jamais entendus par aucun parti politique . Nous apparaissons dans leurs programmes politiques seulement quand   ils ont besoin de nous. C'est à nous de nous réveiller. Bien que nous nous manifestions pas,  nous ne pouvons laisser une telle loi passer. Sachant que nous serons actifs dans quelques années ça sera à nous de travailler et de cotiser. Souhaitons-nous subir la précarité toute notre vie ?Se faire exploiter par le service civique payé une misère ? La réponse nous semble évidente , alors qu'attendons-nous ?
Illustration dessinée par Plop. 

27 commentaires

  1. Je suis vraiment touchée par ton article, étant moi-même précaire même si plus étudiante depuis longtemps. Je n'étais pas précaire étudiante mais c'est venu par la suite, de façon lancinante : d'année en année, mon salaire a diminué, alors que les loyers ont doublé et la vie est devenue beaucoup plus chère (certains produits de première nécessité ont doublé de prix, comme les loyers, en 10 ans). Au final : impossible de louer un appartement. Et l'entourage, éduqué, comme tu dis, dont tu fais partie, refuse de comprendre comment ça peut t'arriver. Bref, dans ce genre de situation on est assez seul.
    Et le pire par rapport à ce que tuécris ? Après les années d'études, c'est encore pire. Tous les tarifs dont tu peux bénéficier en tant qu'étudiante, c'est fini. Et maintenant les aides sociales nous ignorent longtemps avant de traiter nos dossiers en espérant qu'on se débrouillera tout seul. Bref, faut vraiment être dedans pour se rendre compte à quel point, oui, tous les derniers gouvernements nous amènent sur le chemin de la pauvreté et de la précarité.
    (oui je suis un peu amère, pardon. J'essaie de rester positive la plupart du temps, mais il faut appeler un chat un chat)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Beren,

      Merci beaucoup d'avoir pris le temps de lire notre article. Je comprend tout à fait ta situation. La situation est délicate et l'entourage nous soutient très peu c'est pareil pour le chômage. je sais que après le diplôme tout se complique encore plus . je suis vraiment effrayée par cette perspective. en gros on doit se débrouiller tout seul c'est pas nouveau et c'est sur qu'on ne peut pas compter sur le gouvernement.

      Supprimer
  2. Salut,

    Pour les forfaits téléphoniques, il en existe une ribambelles tout compris à 3.99 euros (b and you, sfr...), c'est toujours ça d'économisé ;)

    RépondreSupprimer
  3. Salut,

    Pour les forfaits téléphoniques, il en existe une ribambelle tout compris à 3.99 euros (b and you, sfr), c'est toujours ça de gagné ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, j'ai oubliée de préciser la demoiselle doit appeler ses parents qui vivent à l'étranger .

      Dian ,

      Supprimer
  4. Merci pour ce témoignage, qui ne doit pas être évident à écrire. J'ai eu l'occasion pendant quelques mois de m'occuper des attestations pour les étudiants à destination de pôle emploi, en tant que fonctionnaire, j'ai pourtant l'habitude des imbroglio kafkaïen, mais là ça dépassait tout, et les pauvres (c'est donc le cas de le dire) étudiants venaient aux nouvelles alors que les agents DES pôles emploi me demandaient tous des pièces différentes, où de rentrer des données erronées, le tout sans aucun contrôle hiérarchique.
    Hollande était aussi le candidat contre la finance, et pour nous fonctionnaires, celui qui allait dégeler notre point d'indice - Oui parce que la grande majorité des agents n'ont aucune considération depuis des années, et nous aussi on nous fait la promesse d'une augmentation, un an avant chaque élection - Bref. Même si la problématique étudiante ne m'a jamais touchée personnellement, je la ressens autour de moi, par toutes les souffrances morales et physiques que tu décris.
    Que vont faire les politiques pour vous? Rien. Jamais. Economiquement vous ne représentez rien pour eux, comme tu l'écris, juste des voix à leurs élections. Vous ne représentez rien car vous êtes l'avenir, et il est évident que la plupart d'entre eux seront crevés de vieillesse, ou retraités dans le style PDG (pas comme nos retraites à nous), lorsque vous commencerez à vous faire officiellement exploiter par leurs gamins.
    Longtemps, je me disais que les gens allaient faire comme moi; apprendre à moins consommer, mieux consommer et se préoccuper des autres, pas en payant des ong à l'autre bout du monde, mais en observant le voisin pour l'aider concrètement. Maintenant je sais que les médias de masse ont une emprise totale, que l'année prochaine vous voterez pour le même, peu importe son nom ou le logo sur sa veste, et que la seule solution, c'est de sortir en masse du système pour qu'ils se retrouvent seuls comme des cons, avec leurs patrons des grands groupes, sans personne pour participer à leur mascarade de démocratie.

    ça n'a pas l'air comme ça, mais je suis assez positif, et à mon échelle, je crois en les gens :-) Mais en tout cas, bon courage pour la suite! Il y a des alternatives qui naissent tous les jours et qui porteront les gens comme vous, inutiles aux yeux des uns, précieux et incontournables pour d'autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      Je m'excuse de vous répondre tardivement . Je suis complètement d'accord avec vous . La situation en 2017 ne risque pas de changer. On a aucune lueur d'espoir , personnellement je ne me vois en aucun candidat . Ils n'ont que leurs intérêts et comme tu l'as dit nos voix sont minoritaires . Hollande nous a trompé de façon spectaculaire . Mais je suis contente de voir l'évolution et le bouillonnement de la société .

      Supprimer
  5. l'article est très bon. Une chose qui me choque, cest "illustration trouvée sur google...."
    chez moi, illustratrice, on appelle ça du vol...
    les illustrateurs, ça se crédite...merci et bonne continuation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je vous remercie d'avoir laisser un commentaire. Nous avons trouvé l'illustration sur Google Image sans le nom de l'illustrateur en tapant les mots clés précarité Etudiante ou précarité dessein. nous ne volons et nous considérons le vol abject. C'est pour cela que nous avons précisé l'illustration trouvée sur Google. Si vous avez le nom n’hésitez pas à nous le donner.

      Dian,

      Supprimer
    2. Ou sinon, vous auriez pu regarder en bas à droite de l'image et vous auriez découvert le nom de l'artiste. Vous auriez pu aussi faire aussi une recherche par image (si si c'est possible sur google image) et vous seriez tomber sur le blog de l'artiste et vous auriez découvert que vous aviez parfaitement le droit d'utiliser l'image, du moment que vous citiez son auteur.

      Supprimer
    3. Excusez nous Cest du à une inattention de ma part. Nous avions pas remarqué . merci pour votre remarque . Je suis désolée .
      Dian ,

      Supprimer
  6. C'est bien d'avoir écrit tout ça. J'ai été dans une situation à peine plus enviable, ma fille aînée a du cumuler les boulots pour survivre et faire des études, ma seconde fille qui a 10 ans de moins vit la même situation... Comble de cynisme, quand l'étudiant est "aidé", c'est aux parents que l'on décompte des aides... Je ferai volontiers un parallele avec la situation de certaines personnes agees, reduites elles-aussi a survivre.Ce monde est devenu complètement dingue, ça n'était déjà pas génial, cela devient intolérable.Alors, oui, il faut le faire savoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir ,

      Je vous remercie d'avoir laisser votre témoignage . La situation devient insoutenable mais elle n'a pas l'air d'interpeller nos politiques plus occupés à frauder et à mentir .

      Dian ,

      Supprimer
  7. Je me sens touchée par ton article étant moi-même diplômée et précaire devant rembourser un prêt étudiant assez conséquent (école d'art...)dans un pays où le travail se fait rare. C'est devenu très difficile, j'ai dû faire un Service Civique (mal payé) car je ne trouvais pas de travail. J'essaye d'économiser le plus petit centime afin de rembourser mon prêt rapidement donc c'est difficile pour moi d'être entouré de potes qui font souvent des sortis et qui ont du mal à comprendre ma situation. En effet, ils font partit d'une école d'élite et sont payés le SMIC pour leurs études. Moi je dois payer pour les miennes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir ,

      Premièrement je vous remercie . Effectivement peu de gens comprennent la situation , on a l'impression d'être seul dans cette situation. Je vous souhaite du courage . Il n'y a tellement pas de travail que nous sommes obligés de tout accepte quitte à être payer une misère . C'est malheureux . Et cela ne fait qu'empirer .

      Dian ,

      Supprimer
  8. Bonjour !
    cet article, comme beaucoup de témoignage me touche, car je suis moi aussi une étudiante précaire.
    c'est assez incroyable, cette impression d’être incroyablement seule, alors que nous savons pertinemment que même dans notre école, nous sommes plusieurs dans cette situation...
    cette pression, quand tu travaille déjà 80h/semaine pour maintenir ton niveau a l'école, tu peux pas te permettre de prendre un job a coté, ca foirerait ton cursus, alors tu passe un temps fou a compter chaque centimes, a constater que malgres toute tes "astuce" pas cher, tu ne fais qu'un repas par jour, tu as des carences, des problème de santé, et tu te dis que tu ira voir le médecin le mois prochain, oui, le mois prochain peut être que papa me donnera un peu plus d'argent, peut être que je pourrait effacer ce problème de santé de la longue liste des choses a régler...
    Mais a 25 ans, j'aimerais ne plus dépendre de mon papa, qui utilise la moitié de son salaire pour que moi je puisse -peut etre- avoir un avenir, bah oui, parce que je suis partie de la province, séparé de ma famille et mes amis pour arriver dans une ville ou tout est agressifs, les gens, la rue, les loyers, les prix, pour avoir -peut etre- un avenir, c'est même pas certain ! a la sortie de cette école, même les meilleurs ne trouveront pas forcément du travail ! c'est d'autant plus vrai que je suis dans un secteur dis "masculin", et que je devrais prouver ma valeur tout au long de ma vie ....

    Bref, pardon, je ne voulais pas faire un pavé si long, je voulais juste dire que ... dans de nombreux témoignages, je me retrouve, et je me sent moins seule, ca soulage, mais je me demande si cette initiative sera vraiment utile, est-ce que nos politique lisent les témoignages ? est-ce qu'ils vont nous entendre ? pire, est-ce qu'ils vont nous écouter ?
    j'ai parfois l'impression qu'on peut crier aussi fort qu'on peut, ce sera toujours la masse de privilégié qui criera le plus fort, parce qu'ils ont les moyens de se payer un mégaphone de luxe pour couvrir nos voix ....

    Et pourtant, c'est grâce a nous qu'ils sont privilégié, alors clairement, on vaut mieux que ça ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Angi,

      Merci pour votre temoignages . Je ne pense pas que les politiques lisent les temoignages il n'y a que voir comment Valls reçoit les représentation étudiantes lycéennes .
      Jai 21 ans et je dépends toujours de mes parents . Je t'avoue que ce n'est pas agréable du tout .
      Il faut limiter tout ce qui est excessif superflu et meme rationner l'alimentation . J'ai pas l'impression qu'on soit entendus .
      En espérant que la situation s'améliore .

      Dian ,

      Supprimer
  9. La caricaturiste s'appelle "plop", le dessin que vous avez posté est SIGNÉ, à partir de là c'est pas un boulot fou de trouver à qui on le doit (je le sais, je viens de le faire). https://www.facebook.com/plopetkankr/
    D'autre part, je trouve l'article intéressant, mais avec pas mal de fautes d'orthographe, peut-être effectuer une correction ou vérification par un tiers ?
    Dommage pour ces deux détails qui pour moi sont assez importants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Excusez moi pour le désagrément causé. Nous avons rétabli l'erreur. Cela est du à mon inattention. Merci pour votre commentaire.

      Supprimer
    2. Super pour la rectification rapide ! Je suis pas l'artiste hein, mais c'est très bien d'être aussi réactif un samedi après-midi !

      Supprimer
    3. Et pour les fautes d'orthographe nous nous excusons . Nous les avons corriger nous espérons que la lecture sera plus aisée . Merci de nous avoir prévenu .

      Supprimer
  10. Je crois que j'ai fais un double post en voulant revenir sur la page, navré ^^

    RépondreSupprimer
  11. Je vous remercie de votre rectification. Jai pris vos commentaires en compte merci .

    RépondreSupprimer
  12. Les commentaires sont fabuleux et illustrent parfaitement l'article. Une personne parle de sa précarité et de sa pauvreté, de son désespoir et la presque totalité des commentaires discutent des fautes d'orthographe et de la non créditation de l'illustration.

    Or, si la ou le grincheu arrive à trouver le nom de l'artiste sur le dessin et que le blog du dit artiste donne la possibilité d'utiliser le dessin dès lors qu'il reste crédité et qu'il l'est puisque sa signature reste et permet de le retrouver, la dite remarque est juste stupide et met parfaitement en abîme (avant réforme) l’indifférence puante d'une frange abjecte de cette société.

    Je suis désolé pour vous et me désespère de ces réactions ignobles, indignes de la simple humanité que l'on pourrait attendre d'une personne ayant eu un papa et une maman (enfin on espère) humains. Pas étonnant que les gouvernants successifs puissent écraser dans la misère une population entière, il y a toujours des collabos, exception française.

    herve_02

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Hervé ,

      Votre commentaire me fait chaud au cœur . Je suis complètement d'accord que je m'attendais à des commentaires portant plus sur larticle. Toutefois il est nécessaire de recevoir ce genre de commentaires pour les fautes d'orthographe je suis contente qu'on l'est fait la remarque cela permet de corriger et que la lecture soit plus fluide aisée pour les lecteurs . Quant à l'illustration je l'avais trouvée sur Google image il n'y avait aucune mention de l'auteur et je n'avais pas fait attention au bas du dessin . Je suis comme meme d'accord que certains commentaires étaient un peu trop .. Merci d'avoir pris le temps de lire larticle . 😊
      Dian,

      Supprimer
  13. J'espère sincèrement qu'un jour, nous n'aurons plus à compter chaque petit centime dès qu'arrive le 10 du mois (ou avant). Merci pour cet article.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir ,

      J'espère vraiment que nos finances s'arrangeront . Merci d'avoir pris le temps de lire notre article .

      Dian ,

      Supprimer

Nous vous remercions pour vos commentaires.

Copyright © Aloha Tallulah. Design by FCD.