UNE BONNE PAIRE DE SEINS (FREE THE BOOBS)

20 octobre 2016


Girls have got balls. They're just a little higher up, that's all. Joan Jett 

Récemment suite à un débat entre amies sur le port du soutien-gorge, l'idée de transposer mes idées sur le blog m'a semblé bénéfique.
Je suis à un moment de ma vie ou j'alterne entre le port de soutien et le no-bra, cependant le no-bra me semble la meilleure solution sur le long terme. Ce n'est qu'au cours de cette année que j'ai commencé à ne plus porter de soutien gorge.

Bonnet G ici! Après mon tatouage cet été au niveau de la bretelle sur les côtes j'ai du vivre sans pendant 1 semaine . Chez moi je traine tjr sans par confort mais pour dehors j'avais un peu peur du regard des autres, et aussi du mien . D'ailleurs au delà du slut shamming envers les meufs qui mettent pas de soutif, je pense qu'il y a le paramètre grossophobie . Pour les meufs à très grosses poitrines,souvent +sized, sortir sans soutif c'est montrer un énooorme bourlet de sein au monde, et sortir du canon de "le sein est rond, parfait, sexy". Avec une injonction tacite du "déjà t'es grosse,si en + tu essayes pas d'être sexy bien moulée c'est que tu fais pas d'effort. Et à ma grande surprise c'était plutôt confort. Le plus dérangeant c'était ma silhouette inhabituelle pcq ils étaient + bas. Mais cet été il a fait tellement chaud j'ai passé un cap et souvent j'en mettais pas si je me sentais assez à l'aise
AlexieGru

Lorsque qu'on pense au corps féminin, on pense automatiquement à la poitrine. Symbole de féminité, de maternité et de désir, la poitrine a toujours eu une image particulière au sein de notre société actuelle . Petits ou gros, ronds ou plats les seins ont toujours été au centre des diktats de beauté puis devenant un véritable symbole d'émancipation de la femme qui souhaitait disposer de son corps et de son libre-arbitre.

A ce propos j'ai grandi avec l’idée que le port du soutien-gorge était plus que nécessaire notamment pour le maintien des seins ainsi que pour l'esthétique elle-même. Sans oublier que pour une fille au buste généreux il est carrément indispensable. Avez-vous déjà vu une femme ayant une forte poitrine comme du style bonnet E ou F sortir sans soutien-gorge? Quasiment jamais, et pour cause habitude ou pression sociale empêchent certaines femmes de sortir sans soutiens-gorge et d'être à l'aise dans leur corps.
Pourquoi ?

J'ai du commencer par des brassières vers 13 ans. Soutien-gorge, je n'ai pas vraiment souvenir de mon premier ... 4ème sûrement (14 ans). Je n'en porte plus depuis mes deux grossesses (en 2005 et 2006) car je ne les supporte absolument plus. Rien ne peut "ceinturer ma poitrine". Ni soutien gorgé. Ni brassière. Ça me coupe totalement la respiration et j'ai vraiment un sensation de douleur (ça dépasse largement la gêne). En effet, j'ai une fille de bientôt 10 ans (et 3 belle filles que nous voyons 1 Week end sur 2 et au vacances) Ta question est très intéressante, car je t'avoue ne pas y avoir songer du tout ;-) Je pense laisser ma minette choisir de quel façon elle est le plus à l'aise. Soutien gorgé, brassière ou rien selon ses activités. Je ne me vois absolument pas l'obliger à quoi que ce soit à ce niveau. En revanche, je la conseillerais. Il est bien évident que certaines tenues ne sont pas adaptés au non-port de brassière / sg. Pour ma part, quand je porte des vêtements assez légers, en ete principalement, j'opte pour des cache tetons. C'est d'ailleurs très agréable de ne presque rien porter sous un débardeur, comme un sensation de liberté ;-) Non jamais de critique. Ou alors je ne les ai jamais entendu ;-) Ma famille et mes proches servent que je m'en porte pas, je ne m'en suis jamais caché. Oh, et je me permets d'ajouter que ça ne dérange absolument pas mon conjoint. Pour lui le principal est que je me sente à mon aise
Kitty 

Pour débuter il faut mettre en lumière que dans notre société actuelle dès le plus jeune et pour se conformer à la norme dominante la différence physique entre l'Homme et la Femme est bien établie .
L'Homme symbole de force et de virilité est adulé tandis que celui de la Femme est caché jugé même parfois obscène. Ce processus est accentué dès les plus jeunes âges pour les filles et encore plus à l'adolescence. Selon la définition du « Petit Larousse » la puberté désigne l'ensemble des transformations de l'adolescence aboutissant à l'acquisition des caractères sexuels et de la fonction de reproduction. La poitrine commence à se développer à ce moment là et parfois même avant. Ce moment où le corps change est toujours très particulier. 
En effet lorsque la poitrine d'une jeune fille commence à se développer c'est en quelque sorte le début des problèmes. Entre celles qui n'en ont pas assez et qui dixit ne serait pas assez féminines et celles qui ont trop et qui devraient soit disant les cacher. Tout le monde en a pour son grade.

Dès le plus jeune âge filles et garçons subissent une pression sociale afin de correspondre à un idéal physique et mental . Pour se fondre dans la masse ou pour pouvoir devenir «populaire» dès lors qu'un jeune dérogerait à une de ces règles établies celui-ci deviendrait la risée de tous. 

Dans une période où le regard et l'approbation des autres est très important pour le développement de soi les choses sont parfois très dures à supporter. Encore plus quand le corps des autres change et pas le notre . L'apparition de la poitrine est l'un des premiers signes de la puberté chez la femme, pour une majorité d'entre elles, cette dernière commence à apparaître autour de 12-13 ans.  

J'ai commencé à porter des soutiens gorge vers 11 ans il me semble, j'ai commencé à avoir la poitrine qui se développait vers 9-10 ans. J'ai arrêté avant l'été. Je ne supportais plus de me sentir enfermée et oppressée. On nous le vend comme un vêtement de confort mais je suis bien plus à l'aise dans mes mouvements depuis que j'ai cessé d'en porter. Je n'ai plus à remonter mes bretelles tout le temps, et surtout je ne risque plus de me faire planter à tout moment par une baleine récalcitrante. Je fais des économies, et entre nous quand on voit le peu d'enseignes qui s'intéressent aux grandes tailles (parce que faire jusqu'au 100D euh... En général, plus le bonnet est profond, plus le tour de poitrine est important), je suis contente de ne plus mettre d'argent là-dedans. J'avais peur avant qu'on voit mes tétons, ou que ce soit trop inconfortable pour tenir toute la journée sans. Ben non. 
Aleeshay 

A cette période de la vie qui correspond au collège, lorsqu'une fille n'a pas de poitrine ou ne porte pas de soutiens-gorge elle devient très vite la cible des moqueries et à contrario lorsqu'elle en a «trop» aussi . Les seins sont le symbole de la féminité et grandir avec une petite poitrine est très éprouvant moralement, quand l'archétype même de la beauté dans les médias et la société est bien formée.
A l'adolescence, l'un de mes plus gros complexes fut ma poitrine. Venant d'une famille où les femmes sont plutôt toutes en formes et rondeurs, Dame Nature m'avait oubliée en me faisant grande, mince et sans forme. Une morphologie en V ce qui veut dire des épaules plus larges que le bassin. Autant vous dire qu'en plus d'avoir un physique sec et dit «athlétique» j'étais dépourvue de toutes formes.

Frustration? Remise en question? Complexes et en enfin un début d'acceptation de soi je suis passée par de nombreuses phases. Lorsqu'on grandit et que le regard des autres devient de plus en plus nécessaire à chaque moquerie,la perte de confiance en soi est encore plus grande. Durant mon adolescence les moqueries et les remarques fusaient à longueur de temps au sein de ma famille et de mon «groupe d'amis»: « Mais je comprends pas t'es noire tu devrais être grave formée mais t'as même pas de poitrine »

Étant originaire d'Afrique de l'Ouest plus précisément de la Côte d'Ivoire et du Ghana ma mère m'a un jour complimentée sur ma petite poitrine en me disant qu'elle ressemblait à « des seins de moutons » autrement dit qu'ils étaient beaux et hauts. Sauf que pour moi petite française entre 2 cultures ce compliment était gentil mais quand même vexante.
On se sent pas assez féminine les remarques telles que «planche à pain» et autres fusent au point que l'on essaye de trouver des stratagèmes afin d'avoir l'air un peu plus formée. C'est sans doute stupide mais lorsqu'on à 14 ans et qu'on souhaite être jolie et plaire aux garçons on se fait du mal mentalement en se dénigrant sur ce corps que l'on déteste.
Aujourd'hui j'ai 20 ans, et peu à peu je commence à accepter mon corps tel qu'il l'est.  

On m'a découvert un fibrome de 3 cm il y a un an, époque où je portais encore des soutifs parce peur qu'on voie mes tétons (je portais que des soutifs coqués) + sensation d'être nue sans en avoir . Sauf que j'ai commencé à avoir des grosses douleurs du coup j'ai un peu essayé tous les types de soutifs et j'ai découvert qu'en n'en portant pas sur de longues durées les douleurs étaient moins fréquentes. Je ressortais encore le soutif de sport si les douleurs revenaient trop mais depuis plus de douleurs (j'ai dû reprendre la pilule qui est le seul traitement mais le fibrome continue à grossir donc je pense sincèrement que c'est vraiment le fait d'avoir arrêté les soutifs qui m'a aidée). Oui, ça m'a beaucoup aidé pour l'acceptation du fibrome (j'ai mal digéré la nouvelle du coup la disparition des douleurs était un soulagement et même si je risque de devoir me faire opérer l'absence de douleur me rend beaucoup plus sereine et acceptante). Et évidemment j'apprécie beaucoup la liberté de ne plus en porter en général, quand j'en remets je me sens comprimée. Et je n'ai jamais eu de commentaires même à l'école et au travail (j'ai été aed dans un collège) . Bon après j'ai un style particulier alors je crois que les gens font pas attention x) mais je suis heureuse d'être préservée.
Stellane 

Maintenant passons au cas des fortes poitrines ayant commencé à me développer très tôt dès l'âge de 9 ans je ne m'attendais pas à toutes les remarques et pressions que j'allais subir en grandissant. Dès le collège j'ai eu droit à plusieurs remarques déplacées sur la taille de ma poitrin . J'allais comprendre très vite la manière dont été perçue une femme ayant une forte poitrine que cela soit par les garçons mais aussi par les filles . Mes seins n'ont pas arrêtés de pousser jusqu à la fin du lycée. Chaque jour j'avais le droit à une phrase de ce genre '' tu sais qu'avec tes seins on peut tout faire''. Comme si je n'étais qu'un vulgaire objet qui pourrait satisfaire les fantasmes des uns et des autres.

Je me rappelle le jour ou un garçon de ma classe m'avait harcelé pendant une dizaine de minutes pour savoir la taille de ma poitrine . Il n'arrêtait pas de me sortir des phrases comme: «J'en suis sûr que tu fais plus que du D, ils sont énormes impossible que tu fasses du B».
 
C'est à partir de là que j'ai commencé à cacher mes formes derrière des vêtements amples car j'avais l'impression qu'on ne remarquait que cela. Peu importe ce que je portais. 
 
C'était un gros con de fils à papa. Papa lui avait payé son restaurant... il avant genre 6 ans de plus que moi (je devais avoir 21 ans en fait). Le genre de patron qui passe son temps à table avec ses copains/clients et qui gueule si ça ne va pas assez vite. J'ai eu le droit à des réflexions si je n'étais pas maquillée, si mes sourcils n'étaient pas parfaitement épilés et donc la fois où il a balancé un truc du genre "je sais que tu es contente de voir Jean-Marie (un client) mais il va falloir mettre un soutif parce que là tout le monde peut le voir. J'étais jeune, j'étais à la fac en parallèle, j'avais besoin du job, j'ai eu honte, fermé ma gueule et ai mis des soutifs. Le pire? J'avais tellement intégré la misogynie que je me suis dit que j'étais fautive... Dans tous les restaurants où j'ai pu travailler j'ai eu des réflexions sur mon apparence §! 
 Ema Kaksikud

C'est à partir de ce moment que j'ai commencé à détester mes seins, je me blâmais moi même car ils prenaient trop de place. Je les haïssais déjà qu'ils étaient gros, ils n'avaient pas la forme pomme. Vous savez cette forme qu'on rêve toute d'avoir? J'ai pris des années à les aimer et à prendre soin. 
Durant très longtemps j'ai vraiment eu du mal à accepter mon corps tel qu'il était à accepter mes formes et à donc vouloir les mettre en valeur de peur de passer pour une « fille facile» . Chose complètement stupide car en quoi une femme se mettant en valeur serait elle facile ?

Récemment lors de l'émission «Touche pas à mon poste» de Cyril Hanouna un des chroniqueurs à embrasser la poitrine d'une invitée qui portait un top décolleté. Les commentaires sexistes n'ont pas tarder à fuser sur la toile : - « si elle ne voulait pas se faire embrasser elle avait qu'à ranger ses boobs » . Bah voyons !? Il est vrai que notre poitrine est détachable chères lectrices . Comme si la taille de notre poitrine définissait la personne que nous sommes . Forcément fille à forte poitrine = bimbo sans savoir ou fille facile.
 
Réponse à un sondage portant sur le fait de sortir sans soutien gorge : non non non non ! C'est douloureux, ça tombe, ça pointe, ça transpire. Anonyme

Quant à mes homologues féminins certaines ne comprenait pas la souffrance physique et morale qu'une forte poitrine pouvait engendré. Elles ne voyaient que le côté séduction de la chose en me disant des phrases tel que: « T'as de la chance, j'aimerais bien en avoir» ou encore « Arrête de te plaindre ils sont gros tu as de la chance» . C'est vrai qu'avoir mal au dos H24 est une chance… Galérer à trouver des hauts à la bonne taille ou prendre des tailles au-dessus pour des manteaux c'est marrant 2 secondes à la longue c'est épuisant.

De plus mon rapport aux hommes est encore plus compliqué pour une majorité d'hommes une forte poitrine exacerbe leurs sexualités. Parfois j'ai l'impression qu'ils ne voient que ça et pas la personne que je représente. Alors vous imaginez que construire une relation sans se baser uniquement sur ça et parfois compliqué.
Une des phrases qui m'a fortement marqué fut celle-ci:- « Non mais avec tes seins on peut bien se branler » , quand on vous sort ça à 14 ans vous êtes juste estomaquée. Surtout que je n'avais aucune idée de ce que signifiait le mot «branler » alors que tout le monde était pris de violents fous rires. 


Avoir une poitrine signifie automatiquement: le port d'un soutien-gorge. Effectivement, il existe une forte pression sociale sur les femmes sortant sans soutien-gorge. Quand je lis des choses : 20 choses impossibles pour les filles aux gros seins la première chose que je lis est la phrase suivante " sortir sans soutien gorge'' laissez moi rire.
Qu'est que cela changerait? C'est tellement ridicule. Sortir sans soutiens-gorges ne change rien, personne n'y fait attention je vous le promets (à moins que vous soyez une personne très regardante = une bonne minorité). Passons aux tenues "qu'on ne devrait pas porter car on a une poitrine trop imposante". Soit-disant que cela ferait vulgaire ou encore le fameux mythe: « si tu ne portes pas de soutien-gorge tes seins tomberont plus tard ». Pour vous dire les miens  tiennent beaucoup mieux sans qu'avec.

C'est un véritable fardeau d'en porter, je pense même que cela accentue mes problèmes de dos. Personnellement le port du soutien gorge est très inconfortable (même si le soutien gorge est le plus doux possible) , j'en porte plus par obligation que pour autre chose.
De plus, il a été prouvé que le port du soutien gorge n’était pas un bienfait pour les seins.  Lorsqu'une femme ayant une petite poitrine ne porte pas de soutien-gorge elle se prend des remarques du style « tes tétons pointent, t'es excitée non?» Non mais n'importe quoi. Ou encore qu'il faudrait les cacher car ils seraient disgracieux étant visible. 

Je fais un bonnet G/H et je sors presque pas sans soutif. Si c'est le cas c"est toujours avec un gros pull (on capte pas. En plus j'ai trois étages à descendre, et ma peau a craqué donc au moindre mouvement trop brusque ça me fait mal. Pour l'esthétique je m'en fiche la plupart du temps, après j'ai un piercing et sans soutif il est visible et je veux pas qu'on m'emmerde vis à vis de ça, après en soirée à la maison avec mes potes j'enlève vite mon soutif pour des raisons de confort (ils sont un peu petits donc serrent à la fin de journée. Oh et aussi comme mes seins tombent, si je transpire un peu, ça macère en dessous et ça me cause de démangeaisons quand j'ai pas de soutif. Donc quand je sors c"est toujours avec : ) Depuis la 4ème je crois. Je devais faire un bonnet B et j'en ressentait pas le besoin (ma mère en porte pas car petits seins) et un jour un garçon m'a fait la réflexion et m'a dit : ah c'est dégueu elle porte pas de soutif, en plein milieu de la récré. Ça m'a traumatisée et j'ai commencé à piquer ceux de ma maman. Ensuite c"était une obligation par le poids, en un an en 3ème je suis passée d'un 85B à un 90D/E et étant chez mon père, personne m'avait dit la nécessité de porter des soutiens gorges quand la poitrine se développe autant, et de mettre de la crème pour pas que sa peau lâche.

Oui, en soirée souvent, des mecs qui te draguent en disant : t'as des gros seins ! Je réponds à la rigolade "ah ils viennent de pousser merci je m"en étais pas rendus compte ! " (ça désamorce beaucoup). Beaucoup de jalousie de la part des filles aussi, mais plus entre mes 17 et 20 ans. Et dans la sphère pro, je suis dans un milieu féminin (les cosmétiques) donc j'ai pas de remarques directes. Par contre Je peux pas porter les chemises des uniformes, et j'ai eu des remarques comme quoi les tee shirts faisaient trop moulant et que ça allait pas. C'est très frustrant surtout que ma poitrine n'est pas liée au poids et je peux rien y faire, et même si ça l"était c'est pas une raison. J'ai mis beaucoup de temps à l'accepter et accepter mes formes, j'étais très complexée et j'avais même fait des démarches pour me faire opérer, et c'est blessant de se prendre ce genre de remarques en pleine face . Au collège lycée je comprenais pas pourquoi les garçons voulaient me faire des câlins, j'étais naïve et j'avais pas conscience de l'image de femme sexualisée que ça renvoyait. A 16 ans, des hommes de 40ans m'abordaient ou me regardaient dans la rue, alors que j'étais habillée comme un garçon manque et que je me maquillais jamais .

Pour la petite histoire, j"ai abandonné les opérations car pas de remboursement possible et trop peur des cicatrices. J'ai quasi que de la glande mammaire donc même en faisant un régime je perdrais à tout casser un bonnet pour 10/15kg.
J'ai commencé à m'accepter grâce au modèle vivant. J'ai été élève, puis modèle pour des cours de nu. Ça décomplexe beaucoup car quoiqu'il arrive les artistes voient le beau en nous. Un jour une femme d'env 40 ans m'a dit : vous avez le corps d'une Vénus grecque avec plus de poitrine. C"est le plus beau compliment que j'ai eu sur mon corps. Et en plus il était sincère et sans arrière pensée. 
Johana 

Toutefois une chose m'irrite : les soutiens gorges à destination des jeunes filles à peine pubère. Je trouve cela effarant de faire porter/vendre des soutiens gorge à des fillettes de 8 ans qui ne sont pas pubères. Je suis effrayée de voir ça en rayon dans les magasins. Quel est l’intérêt? A mes yeux c'est un diktat qui commence le plus tôt possible afin qu'on s'en habitue.
C'est tellement ancré dans la société et l'esprit des gens qu'une fille doit porter des soutiens gorges. Peu importe ses choix,une femme devrait se sentir libre de porter ou pas un soutien gorge. 
En attendant nous sommes pratiquement  toutes d'accord sur le fait qu' enlever nos soutiens gorges en arrivant chez soi  est une libération.  
Credit Photo : 1.American Apparel 2. Vogue.com 3 Gabi Fresh. 

2 commentaires

  1. Intéressant de voir que certaines filles qui font du F/G comme moi sont complètement free des boobs. Peut-être que ça me viendra plus tard, bien que je ne sois pas du tout dans cette démarche pour le moment. Je pense que, comme beaucoup de choses, c'est une question de ressenti et de confort perso.

    Par contre, j'ai jamais trouvé ça choquant les filles aux petits seins (du moins plus petits que les miens et c'est pas difficile haha) qui ne portent pas du soutifs. Au contraire, c'est la liberté et je les envie !

    Article bien fait, bravo :)

    Bises!
    Pauline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Pauline ,

      Ton commentaire nous fait vraiment plaisir 😌. C'est vrai que les petits seins nous ont jamais choquées non plus peut être Parce que nous sommes habitués à voir plus souvent .

      Supprimer

Nous vous remercions pour vos commentaires.

Copyright © Aloha Tallulah. Design by FCD.